Menu

Prendre rendez-vous en ligne

Contact : lapuelle@cabinetlapuelle.com

05 61 38 27 17

Du lundi au vendredi
de 9h00 à 12h30
et de 14h00 à 19h00

Prendre rendez-vous en ligne

Information

Le cabinet est en capacité de recevoir ses clients dans les locaux en respectant les gestes barrières.
Il est possible d'organiser des visioconférences ou des conférences téléphoniques.

Vous êtes ici : Accueil > Droit de l'urbanisme > Un risque d'invalidité du permis initial en cas de recours sur son modificatif ?

Un risque d'invalidité du permis initial en cas de recours sur son modificatif ?

Un risque d'invalidité du permis initial en cas de recours sur son modificatif ?
Le 23 octobre 2020
Le Conseil d’État retient que le recours d'un tiers contre un permis modificatif permet de suspendre le délai de péremption du permis initial. En effet, la légalité du permis modificatif conditionne, dans ce cas-là, la faisabilité totale du projet.

Quel est le délai de validité du permis de construire initial en cas de recours contre son permis modificatif ?

Selon les articles R. 424-17 et R. 424-19 du code de l'urbanisme, il est prévu qu'en cas de recours contre un permis de construire, le délai de péremption de celui-ci (de 3 ans) est suspendu.

Le Conseil d’État s'était toujours refusé à faire une interprétation extensive de ces dispositions lorsqu'un recours était engagé par un pétitionnaire contre son refus de permis modificatif. Dans ce cas-là, tous les recours contre un refus de permis de construire modificatif ne suspendaient pas le délai de péremption du permis de construire initial.

Cependant, quelle solution s'applique en cas de recours d'un tiers contre la délivrance d'un permis modificatif ?

Le Conseil d’État a décidé par une décision du 29 juin 2020 (CE, 29 juin 2020, n° 434671) que "si la délivrance d'un permis de construire modificatif n'a pas pour effet de faire courir à nouveau le délai de validité du permis de construire initial, le recours contentieux formé par un tiers à l'encontre de ce permis modificatif suspend ce délai jusqu'à l'intervention d'une décision juridictionnelle irrévocable.".

Avec cette décision, le Conseil d’État adopte une position attachée aux effets pratiques du permis modificatif.

En effet, la délivrance d'un permis modificatif conditionne la faisabilité totale du projet, alors que son refus n'implique pas les mêmes conséquences. Il est donc plus raisonnable pour le pétitionnaire d'attendre une décision définitive sur la légalité dudit permis modificatif avant d'entreprendre les travaux et que soit donc accepté, en conséquence, une suspension de son permis initial.

De nombreux autres modèles de courriers, notes juridiques et guides, sont à votre disposition sur le site Lapuelle Juridique.

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Droit de l'urbanisme